Enjeux liés à la pandémie

Au début de la pandémie, Réseau Environnement a été sollicité par le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Ce dernier souhaitait connaitre les enjeux vécus dans les cinq secteurs de l’Association pour fournir les réponses les plus adaptées possible pendant et après la pandémie. Au fil des semaines, il a été constaté qu’un certain nombre de ces enjeux ont été réglés grâce à des mesures prises par le gouvernement. Pour d’autres, elles se sont réglées d’elles-mêmes avec le temps.

Votre organisation fait face à des enjeux inédits en cette période de la COVID-19 ? Participez à nos webinaires hebdomadaires

Note : Afin d’alléger le texte,

  • les enjeux récurrents sont indiqués une seule fois, tant bien même qu’ils auraient été envoyés plusieurs fois au Ministère;
  • les enjeux apparaissant dans plusieurs secteurs ont été regroupés dans la rubrique « général ».

20 mars 2020

Général

  • Communiquer les informations relatives à la pandémie auprès des employés (mesures de distanciation, etc.);
  • Limiter l’impact de la pandémie sur les analyses des diverses demandes d’autorisation faites au MELCC par les organisations (arrêt ou ralentissement des analyses de dossier);
  • Ralentissement des paiements : les clients ne peuvent plus payer, car eux-mêmes ont un problème d’entrée d’argent.
  • Difficulté pour les employés qui ont des enfants de réaliser du télétravail;
  • Crainte de devoir licencier des employés si la crise perdure.

Eau

  • Assurer la continuité des opérations pour les usines d’eau potable/eaux usées en cas de manque d’effectifs : protection de la santé des travailleurs afin de préserver le fonctionnement des installations et identification du personnel d’appoint, en cas de besoin;
  • Mettre en place des plans d’intervention dans les municipalités, si ce n’est pas déjà fait.

Matières résiduelles

  • Assurer la protection de la santé des travailleurs des centres de tri malgré la persistance du virus sur les matières et les ruptures de stocks de matériel de protection;
  • Limiter les licenciements liés à l’arrêt des études de caractérisation et de la majorité des lieux de triage in situ des matières résiduelles.

Biodiversité

  • Faire face au report ou à l’arrêt de nombreux projets et des appels d’offres;
  • Évaluer les problématiques éventuelles pour le recrutement de la main-d’œuvre saisonnière.

Sols et eaux souterraines

  • Fermeture graduelle des chantiers : les activités de réhabilitation et de caractérisation sont donc mises sur pause, il reste néanmoins encore certains chantiers ouverts;
  • Le télétravail est limité puisqu’une partie du travail doit se dérouler sur le terrain.

27 mars 2020

Général           

  • Garder la main d’œuvre en place malgré la baisse de régime;
  • Maintenir les fonds de roulement;
  • Évaluer la possibilité de donner accès aux entreprises à des subventions / prêts / crédits pour garder la main d’œuvre à l’emploi.

Eau

  • Ajouter les opérateurs des usines d’eau potable/eaux usées à la liste des personnes admissibles aux tests de dépistages, puisqu’ils font partie des services essentiels. Étant donné le nombre restreint d’employés dans certaines municipalités, cet ajout permettrait d’assurer la continuité des opérations;
  • Accentuation de la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur due aux mesures de confinement.

Matières résiduelles

  • Les centres de tri CRD appréhendent un problème de liquidité dû aux retards de paiements potentiels;
  • Les mesures préventives prises pourraient mener à l’enfouissement temporaire des matières recyclables;
  • Ajouter les écocentres à la liste des services essentiels pour permettre leur ouverture et ainsi limiter l’impact de ces matières dans les collectes porte-à-porte.

Biodiversité

  • Supporter les acteurs du milieu en émettant de nouveaux appels d’offres publics (fédéral, provincial, municipal);
  • Confirmer la possibilité de réaliser des activités terrain (ex. inventaire). Le risque de transmettre ou de contracter le virus est presque nul, car le travail s’effectue seul ou en équipe de deux en milieux naturels. Une réponse négative, empêcherait la réaliser des contrats déjà octroyés.

3 avril 2020

Général

  • Cas des startups : Difficulté pour être admissible au programme de soutien financier du gouvernement, or un grand nombre de solutions environnementales passe par ce type d’entreprise.
    • Avoir une politique de sélection, soit d’accorder plus de fonds au secteur dit essentiel :  alimentation – agriculture – énergie renouvelable – santé;
    • Avoir une délégation d’experts (santé, environnement, éducation) au gouvernement pour analyser l’après-crise selon plusieurs scénarios;
    • Demander aux banques commerciales d’assouplir leurs contraintes (intérêts, services payants, délais de versements, etc. );
    • Recevoir une aide pour identifications d’appuis gouvernementaux pertinents et préparation des demandes de subventions;
    • Aide à la planification et gestion financière;
    • Offrir du soutien aux entrepreneurs : gestion de crise, santé mentale, soutien psychologique.
  • Les subventions salariales pour les entreprises sont intéressantes, toutefois peu applicables si l’entreprise ne peut plus fournir de travail à ses employés.

Eau

  • Éclaircir et uniformiser les consignes quant au retrait préventif des employés essentiels à cause des maladies chroniques ou de cas immunodéprimés, actuellement il semble que ces conditions soient à la discrétion des employeurs;
  • Communiquer sur le fait que les lingettes doivent aller à la poubelle. Plusieurs municipalités sont prises avec une augmentation du nombre de lingettes nettoyantes ou désinfectantes dans le réseau d’eaux usées, due à la disparition du papier de toilette des épiceries et à l’utilisation accrue pour nettoyer/désinfecter les surfaces. Le problème est récurrent, mais la situation est rendue plus critique à cause de la baisse d’effectifs et de l’augmentation de la fréquence de la maintenance à effectuer;
  • Préoccupation des distributeurs d’eau potable sur le suivi réglementaire de la qualité de l’eau (édifices fermés, utilisation de points alternatifs moins bien documentés) et de l’échantillonnage en cas d’avis d’ébullition qui nécessite habituellement la collecte d’échantillons chez les résidents.

Matières résiduelles

  • Suspendre temporaire les critères liés à la limitation du poids des véhicules de collecte et transport en période de dégel actuellement imposée aux entreprises afin de limiter le nombre d’aller et venus des camions;
  • Allonger temporairement de deux heures le nombre d’heures de conduite permises par jour avant une période de repos pour les conducteurs des entreprises œuvrant dans le secteur de la collecte et du transport de matières résiduelles.

Sols et eaux souterraines

  • Il est encore possible de faire de l’entrée de données pour les deux-trois prochaines semaines, mais après, sans reprise des chantiers, les tâches pour occuper les employés vont être limitées.
  • Pour l’après-confinement, est-ce que les mesures de santé et sécurité à appliquer nécessiteront des investissements de la part des entreprises (ex. Utilisation de deux voitures au lieu d’une pour que les employés se rendent sur le terrain, etc.) ?

9 avril 2020

Général

  • Augmentation du risque d’endettement des entreprises si la crise se prolonge. Pour pallier, programmer une reprise des activités graduelles avec un encadrement des méthodes de travail pourrait aider;
  • L’accès à l’aide aux entreprises pour le financement de 75% des salaires est basé sur les revenus mensuels de l’année précédente (2019). Or, pour une entreprise en consultation, les cycles de facturation sont tout à fait différents que pour une entreprise manufacturière ou encore de commerce au détail. Les contrats sont à long terme, souvent sur plusieurs années. Le montant des factures de l’année dernière pour un mois particulier n’est donc pas un indicateur représentatif d’une baisse annuelle du chiffre d’affaires.

Eau

  • Certaines municipalités s’interrogent sur les critères de mise en place de mesures exceptionnelles telles que le confinement des employés à l’usine.

Matières résiduelles

  • Le prix des matières recyclables triées semble augmenter depuis le début de la pandémie. Il est impossible de prévoir si la tendance se maintiendra après, il est primordial que le gouvernement poursuive les aides aux centres de tri;
  • Impact sur la chaine de valeur de recyclage du verre au Québec à cause de l’arrêt de récupération des contenants consignés. Cette problématique met en lumière l’importance de chacun des maillons dans un processus d’économie circulaire :
    • Les brasseurs : suppléer au manque de bouteilles usagées par des contenants neufs;
    • Les conditionneurs de verre : ralentissement des activités dû au manque d’approvisionnement en contenants consignés;
    • Les fabricants de bouteilles: augmentation de la production de bouteilles neuves pour répondre à la demande des brasseries, toutefois ces articles contiennent moins de matières recyclées.

Biodiversité

  • Certaines études requièrent des inventaires et/ou relevés de terrain qui doivent être effectués en cette période de l’année pour être valides (relevés de crues, inventaires de population, etc.). Or, le personnel spécialisé du secteur qui réalise ces activités ne figure pas sur la liste du personnel essentiel. Une incertitude demeure quant à l’autorisation de ces employés à effectuer des relevés de terrain. Des justificatifs pour les déplacements pourraient-ils être recevables?

17 avril 2020

Général

  • Inquiétude face à la reprise qui approche, mais qui reste plus qu’incertaine : quels secteurs d’activité vont être privilégiés ?

Eau

Un sondage a été fait par Réseau Environnement le 15 avril 2020 et répondu par 25 usines d’eau potable, desservant 4,4 millions d’individus au Québec. Les données sont à l’heure actuelle préliminaires. Les résultats finaux seront compilés la semaine prochaine. Les enjeux soulevés sont les suivants:

  • Inquiétudes quant à une pénurie de main-d’œuvre amplifiée si des cas de COVID-19 sont confirmés;
  • Inquiétudes face à la gestion du retour à la normale;
  • Actuellement, il y a des problématiques d’approvisionnement d’équipements de protection individuelle (EPI) chez 40% des répondants au sondage, de l’inquiétude pour 50% des répondants quant à des problématiques d’approvisionnement en EPI à court terme (semaines) et 60% quant aux problématiques d’approvisionnement en EPI moyen terme (mois);
  • 30% des répondants ont de l’inquiétude quant à une pénurie de produits chimiques à moyen terme (mois);
  • Préoccupations quant au manque d’entretien préventif et correctif.

Matières résiduelles

  • ICI : l’arrêt des activités entraine une diminution des matières à traiter, voir l’annulation des contrats de tri et/ou de collecte. Ce qui a pour conséquence la mise à pied d’employés. De plus, l’industrie se demande si les bonnes habitudes de tri développées par certaines ICI vont être reprises post pandémie en temps de réduction budgétaire. Les entreprises avaient fait de gros efforts pour réutiliser ou recycler, la tendance de réduire l’élimination était bonne.
  • Les producteurs de bacs de tri et de collecte préparent actuellement les commandes reçues avant la pandémie, mais les pièces sont difficiles à obtenir. Les livraisons sont également complexes à cause de la fermeture de certaines régions et du refus de réceptionner les commandes de certains clients.

Biodiversité

  • Le gouvernement du Québec semble avoir suspendu ses contrats d’inventaires avec les firmes d’environnement. Il y a un gros risque de perdre une saison complète de données. Les travaux d’inventaires sont rarement à haut risque d’exposition, les employés travaillent parfois à plusieurs, mais portent généralement des EPI (gants notamment) et pourraient facilement éviter le partage de véhicules. Cette suspension est l’un des plus grands enjeux en biodiversité, car le gouvernement est le plus grand donneur d’ouvrage pour le secteur, et les firmes nécessitent du soutien pour que les contrats reprennent rapidement.

Sols et eaux souterraines

  • Les petites entreprises aimeraient que les travaux de caractérisation environnementale et de géotechniques soient considérés comme prioritaires. Ce sont des travaux sécuritaires, qui ne nécessitent pas de rassemblement d’employés. Cela pourrait mettre la table pour permettre une meilleure reprise économique lorsque les chantiers et les travaux de réhabilitation pourront reprendre de nouveau.
  • Une certaine confusion existe concernant les droits des organisations à réaliser des activités ou non. La question se pose notamment pour sur les services environnementaux d’urgence.

24 avril 2020

Général

  • La pandémie a mis en relief l’importance des paiements par chèque pour le règlement des factures. Ce qui en cas de pandémie est un enjeu, puisque les services de courriers sont ralentis.
  • L’approvisionnement en EPI semble être encore un enjeu, problématique au point de ralentir ou d’arrêter certaines activités. L’approvisionnement local serait la solution, mais pas à court terme, cela semble peu applicable.

Sols et eaux souterraines

  • Les compagnies sont de plus en plus impatientes quant à la réouverture des chantiers, des procédures ont d’ores et déjà été mises en place pour la santé et sécurité des travailleurs;
  • Si les activités ne redémarrent pas d’ici le 4 mai, la saison sera grandement impactée.

1er mai 2020

Général

  • Crainte que l’étude des demandes de CA soit ralentie, et que par conséquent certaines activités à l’automne, par exemple, celles liées à l’entreposage ou l’épandage aux matières résiduelles fertilisantes soient impossibles.

Sols et eaux souterraines

  • Les acteurs se réjouissent de la reprise des chantiers, toutefois un retard de deux mois est présent, reprendre l’ensemble des chantiers en même temps semble donc problématique. Une priorisation pourrait être faite pour respecter la capacité des entrepreneurs.

15 mai 2020

Sols et eaux souterraines

  • En termes de fourniture, il se pourrait que les gants en nitrile viennent à manquer dans un ou deux mois. Ils sont difficiles à obtenir, les compagnies fournisseurs les gardent pour le médical.

Biodiversité

  • Les professionels se questionnent au sujet de la reprise des programmes du gouvernement, notamment le « Programme de restauration et de création de milieux humides et hydriques » du MELCC. Ils aimeraient avoir davantage d’informations pour planifier leurs activités, qui sont largement impactées, et notamment :
  • Est-ce que les programmes, ou du moins le « Programme de restauration et de création de milieux humides et hydriques » seront réellement relancés ou seront-il mis sur la glace pour 2020, voire même annulée?
  • Quel délai sera donné aux professionnels pour le dépôt des projets ?
  • Faudra-t-il prévoir une évaluation en 2 mois ou bien les délais seront-ils allongés ?