Réseau Environnement salue la nouvelle vision stratégique du développement minier du gouvernement du Québec

Réseau Environnement salue la nouvelle vision stratégique du développement minier du gouvernement du Québec

Montréal, le 15 mars 2016 – Réseau Environnement, le plus important regroupement de spécialistes et d’experts en environnement au Québec, salue le dévoilement de la nouvelle vision stratégique du développement minier, le fruit d’une démarche consultative des partenaires du gouvernement du Québec, au Salon des technologies environnementales du Québec (teq) 2016.

« Le dévoilement de la nouvelle vision stratégique, de surcroît dans un évènement représenté par les professionnels du domaine et axé sur les solutions environnementales, démontre pour notre Association une volonté réelle du gouvernement d’appliquer les principes du développement durable au secteur minier et de faire de l’acceptabilité sociale un critère incontournable. Il demeure que nous devons nous assurer que tout développement, dans le contexte minier du XXIe siècle, s’inscrive dans une réduction globale de l’empreinte environnementale » a déclaré Jean Lacroix, président-directeur général de Réseau Environnement.
Réseau Environnement est d’avis que chaque décision d’exploitation doit être prise en ayant respecté le concept de l’approche par cycle de vie, pour s’assurer du respect des principes du développement durable et en considérant les spécificités régionales.
La conciliation territoriale, la planification municipale et l’acceptabilité sociale sont des composantes essentielles pour arriver à un développement minier responsable. Notre nouvelle façon de développer un Québec minier durable doit se poursuivre en s’améliorant de façon continue. Le Québec devrait exiger qu’une garantie financière couvrant la totalité des coûts de remise à l’état naturel soit mise dans une fiducie d’utilité sociale pour toute activité visée par l’article 232.1 de la Loi sur les mines avant le début des activités visées par la loi. Des fonds nécessaires pour effectuer un suivi à la cessation des activités sur une période de 30 ans devront être inclus et aucun permis ne devra être accordé sans cette garantie financière. De plus, les travaux de réaménagement et de restauration après le début des activités d’exploitation ou l’abandon des activités d’exploration devraient débuter le plus rapidement possible.
Réseau environnement souhaite également contribuer à la mise en œuvre du Plan Nord en mettant à profit l’expertise de ses membres pour assurer le développement du Nord québécois dans le respect de l’environnement, des principes de développement durable et des communautés locales.
Le respect de ces quelques principes assurera, à notre avis, le succès de la nouvelle vision stratégique du développement minier.

À propos de Réseau Environnement www.reseau-environnement.com
Réseau Environnement est actif depuis plus de 50 ans et est le plus important regroupement multisectoriel de spécialistes en environnement au Québec, dont la mission est de promouvoir les bonnes pratiques et l’innovation en environnement. Réseau Environnement représente aujourd’hui plus de 2 700 membres, dont font partie 250 municipalités, 350 entreprises ainsi qu’une vingtaine d’organismes gouvernementaux et parapublics. Il regroupe une quarantaine de comités techniques, prend position sur une vingtaine de dossiers techniques annuellement, offre plusieurs programmes de soutien à la gestion environnementale aux municipalités, est l’organisateur du Salon des technologiques environnementales du Québec, Americana et l’éditeur de la revue Vecteur Environnement.

— 30 —

Source :

Manon Leenhardt
Réseau Environnement
Directrice par intérim – Communications et marketing
Tél. : 514 754-7110