MOT DU PRÉSIDENT

29 avril 2015

Lors de l’assemblée générale annuelle des membres de Réseau Environnement qui s’est déroulée le 27 avril dernier, les membres de Réseau Environnement m’ont fait l’honneur de m’élire en tant que nouveau président du conseil d’administration de l’Association. Je suis très fier de cette nomination puisque j’ai à cœur ma profession et Réseau Environnement en fait selon moi intrinsèquement partie.

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter brièvement mon parcours professionnel. Du côté académique, j’ai obtenu un baccalauréat en génie civil en 1984, une maîtrise en génie de l’environnement en 1986 et un doctorat en assainissement en 1994 à l’École polytechnique de Montréal. J’ai débuté ma carrière dans le génie-conseil en 1986, dans le secteur du traitement de l’eau potable et des eaux usées municipales et industrielles. J’ai travaillé au sein de la firme Bertrand Roy Experts-Conseils à titre d’ingénieur résident et ingénieur de projet durant six ans, pour ensuite me joindre en janvier 1993 à l’équipe d’AXOR Experts-Conseils. J’ai occupé successivement au sein de cette entreprise les postes d’ingénieur de projet, chargé de discipline, chargé de projet, directeur de division et finalement, à partir de 2003, associé principal, à titre de vice-président Environnement. Il a toujours été important pour moi de faire partie d’un regroupement de spécialistes de mon domaine. Ainsi, dès 1980, lorsque j’étais encore étudiant, je suis devenu membre de l’Association québécoise des techniques de l’eau. J’ai par la suite voulu m’impliquer davantage au sein de l’Association, c’est pourquoi j’ai participé à plusieurs comités du secteur Eau. J’ai aussi été président de la Fondation québécoise de la recherche sur l’eau (FQRE) entre 1995 et 1996, vice-président du secteur Eau de l’Association de 2003 à 2007, vice-président désigné de 2013 à avril 2015, et que j’entame maintenant un mandat qui m’honore beaucoup soit celui de président du conseil d’administration de Réseau Environnement.

Si je dois à mes années passées à l’université ma formation à titre d’ingénieur, je suis redevable à l’AQTE, devenue par la suite Réseau Environnement, d’une grande partie de la reconnaissance dont je bénéficie aujourd’hui à titre d’expert en procédés. En effet, grâce aux multiples tribunes offertes par l’Association, j’ai eu l’opportunité de présenter à maintes reprises les résultats de différents travaux auxquels j’ai participé dans le cadre de ma maîtrise puis de mon doctorat. Par la suite, j’ai eu la chance de participer à différents comités techniques au sein de l’Association, ce qui m’a permis d’agrandir mon réseau. À titre de président de la FQRE et ensuite en tant que vice-président du secteur Eau, j’ai eu le privilège de côtoyer de nombreux bénévoles impliqués dans différents comités et j’ai été frappé par leur compétence ainsi que leur dévouement. Plus récemment, à titre de vice-président désigné, j’ai pu mesurer toute la profondeur des actions de Réseau Environnement, à travers l’ensemble de ses secteurs, tout en réalisant l’ampleur des défis auxquels l’Association est présentement confrontée. Grâce notamment au travail immense accompli par mon prédécesseur Robert A. Dubé et au leadership de notre président-directeur général, Jean Lacroix, Réseau Environnement a amorcé au cours de la dernière année une transformation de sa gouvernance qui devrait lui permettre de se recentrer sur ses priorités et d’améliorer les services aux membres. Pour moi, devenir président de Réseau Environnement est ma façon de redonner un peu à une Association qui a été si généreuse à mon endroit, en poursuivant la modernisation de sa gouvernance et en obtenant l’adhésion à cet égard des membres des différents secteurs et de l’ensemble des régions représentées au sein de l’Association.

Au cours de mon mandat, j’aimerais, avec l’aide du conseil d’administration en place et du président-directeur général, que nous travaillons tous ensemble vers quelques objectifs communs. Tout d’abord, je souhaite consolider et accentuer la position de Réseau Environnement à titre d’acteur incontournable sur les enjeux environnementaux au Québec, en lien avec la vision de l’Association. De plus, je tiens à ce que nous améliorons les services offerts aux membres, notamment à travers les activités de formation et les différents programmes offerts.

Finalement, je crois qu’il est primordial de poursuivre le chantier sur la modernisation de la gouvernance, de concert avec les comités directeurs régionaux, afin d’améliorer l’efficacité de l’Association.

En terminant, j’espère avoir la chance de rencontrer plusieurs d’entre vous au cours des prochains mois afin de connaître vos besoins en tant que membres puisque vous êtes l’essence de cette Association.

Marc-André Desjardins
Président du CA de Réseau Environnement